Beatriz Andreotti est doctorante à l’Institut d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo (IAU | USP) depuis 2018. Elle est titulaire d’un diplôme en architecture et urbanisme à l’UNICAMP (2008) et d’un master dans le programme de troisième cycle en histoire à l’UNICAMP (2015), dans le domaine de la politique, de la mémoire et de la ville. Elle a effectué une partie de cette recherche à l’Università Degli Studi di Padova, en Italie, de septembre 2013 à mars 2014. De 2015 à 2020, Beatriz a été professeur invité à l’Universidade São Francisco (USF), travaillant dans le domaine des projets urbains et du patrimoine. Elle a également participé au conseil du patrimoine d’Itatiba-SP (2019-2020). Depuis août 2021, Beatriz est professeur suppléant à l’IFSP (Institut fédéral de São Paulo), où elle enseigne des sujets liés à l’architecture. À l’IAU USP, elle est chercheuse au Laboratoire d’études de l’environnement urbain contemporain (LEAUC), où elle mène des recherches sur les dynamiques urbaines et patrimoniales contemporaines, et participe et collabore à l’organisation d’événements scientifiques, de publications et de débats.


Énoncé de projet

« Processus de déplacement productif, restructuration urbaine et re-significations industrielles – une analyse à partir des quartiers de Tamanduateí, São Paulo, Brésil »

Le thème général de cette recherche doctorale est le processus de production et de transformation de l’espace, analysé à partir du cours du déplacement industriel et de la délocalisation, et basé sur des discussions concernant la conformation urbaine actuelle, ses processus de conformation spatiale et de transformation dans l’environnement contemporain. Depuis la transformation du paradigme de la production industrielle, une série de bâtiments industriels et de territoires d’industrialisation ont été désactivés, une question commune à plusieurs centres urbains, même dans des pays d’industrialisation tardive comme le Brésil. La recherche vise à conceptualiser les termes existants et leurs limites lorsqu’il s’agit de traiter de cette question, en comprenant également les re-significations possibles de l’industrie dans le moment actuel. Un autre objectif est sa reprise par l’art et les aspects symboliques implicites dans ce projet. En outre, il entend explorer ces espaces à partir de la clé interprétative fournie par les théories du patrimoine, en particulier celle du patrimoine industriel. Ce travail se concentre également sur le domaine du patrimoine industriel et sur la compréhension des processus de patrimonialisation de l’industrie dans le contexte brésilien. À cette fin, la recherche territoriale a été délimitée comme les quartiers de Tamanduateí, dans la ville de São Paulo – SP. Cette zone a été marquée par le développement industriel au début du vingtième siècle et s’est progressivement vidée de son usage industriel avec le déclin des chemins de fer et la priorisation des zones industrielles en dehors de la capitale. Elle est comprise comme une zone potentielle avec des obstacles pour son développement, ayant déjà fait l’objet de plans de politique publique, de processus de protection du patrimoine industriel et d’interventions artistiques.